Les débuts de Radio Rennes

Radio Rennes a chanté

C'est très exactement le 23 avril 1927 que les premiers essais de Radio Rennes ont eu lieu sur 291 m à partir d'une antenne installée sur l'hôtel des postes de la ville. Après quelques tâtonnements, la longueur d'ondes est ramenée à 272 m.

Après quelques essais les mois précédents, Radio Rennes démarre officiellement le 2 juin 1927. "Le poste Radio Rennes a chanté" titre le lendemain L'Ouest Eclair. La capitale bretonne dispose enfin de son propre poste de TSF affilié au réseau des stations des PTT. Les équipements ont été installés dans les nouveaux locaux des PTT rennais qui en avril ont aménagé dans l'aile Est du Palais du commerce. C'est au premier étage et l'entrée se fait par la rue du Pré-Botté. Pour sa première émission Radio Rennes a relayé le poste de l'Ecole supérieure des PTT entre 20 h 30 et 23 h.

Le lendemain, le 3 juin, Radio Rennes relaie une nouvelle fois le poste de l'Ecole supérieure des PTT. Le 4, le programme est constitué d'un radio-concert organisé à Paris par l'association générale des auditeurs de TSF. A 16 h 30, il se poursuit par la retransmission d'un discours du ministre de l'Instruction publique lors d'un congrès dans la capitale.

Puis le jeune poste s'interrompt les 5 et 6 juin, dimanche et lundi de Pentecôte. Le voilà de retour sur les ondes le mardi avec des retransmissions mais aussi un tout premier programme local.

La magie du direct

Un nouveau silence et Radio Rennes revient le 12 juin. Le lendemain le poste breton retransmet en direct la cérémonie d'inauguration du monuments aux marins disparus en mer à la pointe Saint-Mathieu. (Finistère). Avec le premier cafouillage jamais entendu sur les ondes bretonnes. L'émission démarre en effet par l'annonce suivante : "Allo Bollomé tu as entendu l'ami Edouard ? Quelle heure as-tu? 15 h 06 ? Ne bouge pas je vais dire d'envoyer le jus"... C'est la magie du direct !

Le 20 juin, les amis de Radio Rennes donnent leur premier concert de 20 h 45 à 21 h 45 avec des musiciens locaux.
A la fin du mois, le programme s'établit comme suit :

Radio Rennes continue avec une puissance déclarée de 1,5 kw mais qui en fait ne dépasse guère 600 à 800 w. Les programmes sont irréguliers et consistent essentiellement en des retransmissions de ceux du poste des PTT à Paris. A l'automne, les infos locales et "nouvelles de presse" sont diffusées à 20 h 45. Plus tard, à la création du Radio Journal de France sur Paris-PTT, elle seront diffusées juste après à 20 h 15.

Le premier direct de foot en Bretagne

C'est le dimanche 13 novembre 1927 à 14 h 30 que fut diffusé le premier direct d'un match de football qui opposait le Football Club de Sète au Stade Rennais U. C. commenté par Georges Nouvel, journaliste sportif de l'Ouest Eclair. Une expérience renouvelée en janvier 1928 pour la rencontre Bordeaux-Lille.

Interférences

A l'époque, la qualité des émissions souffrent d'un problème : les appareils de télégraphie Baudot et Hughes de la Poste situés dans le même bâtiment que la station perturbent les émissions et l'administration des PTT s'en inquiète.

En 1930, Radio Rennes se déplace

Le 15 octobre 1930, Radio Rennes cesse d'émettre pour une quinzaine de jours. Le poste veut améliorer sa réception. L'audience ne dépasse pas en effet la région de Rennes. En revanche, la station a des auditeurs très lointains. L'association des amis de Radio Rennes a des adhérents dans l'est et le sud-est de la France, au Maroc et même à ... Madère !

A la Villeneuve

L'antenne située au dessus du toit métallique de l'hôtel des poste n'est pas adaptée. Il est donc décidé de déménager Radio rennes sur un terrain situé à la Villeneuve au coin de la rue de l'Alma et de la rue Guiguené. Deux pylônes de 36 mètres de hauteur, séparés de 50 m, sont installés entre lesquels est tendue la nouvelle antenne. Un câble souterrain relie le nouveau centre émetteur au studio de l'hôtel des postes.

Un millier d'amis

A partir du 29 octobre Radio Rennes effectue des essais entre 21 h et 22 h. Elle reprend un vendredi à la surprise générale car ce jour-là le poste faisait habituellement relâche. Les programmes en profitent pour s'étoffer et dès le 15 novembre la radio relaie Paris-PTT à partir de 15 h (sauf le fameux vendredi), le radio Journal de France est diffusé à 18 h 30 au lieu de 20 h. Les programmes locaux existent de manière irrégulière. Il faut dire qu'ils sont financés pour la plupart par l'association des Amis de Radio Rennes qui ne compte alors que 1026 adhérents. Il en faudrait cinq fois plus pour des programmes plus consistants.

Les Nantais ne veulent pas tout laisser aux Rennais (air connu...)

On connaît la légendaire rivalité entre les deux villes bretonnes. Elle s'est également révélée lors de la création de Radio Rennes. Au début du poste, la chambre de commerce de Nantes avait protesté auprès de l'administrations de PTT se plaignant de n'avoir pas été consultée sur le lieu d'implantation de la station régionales couvrant l'ouest.

Dans le Maine-et-Loire ?

En 1931, on commerce déjà à discuter l'emplacement d'un nouvel émetteur, plus puissant, entre les deux villes (il sera mis en service en 1936). Car les Nantais veulent avoir leur auditorium (on dirait aujourd'hui studio) et diffuser des émissions en direct de leur ville. Ils proposent que l'émetteur soit implanté à Pouancé (dans le Maine-et-Loire) près de Segré à 65 km de Rennes et 82 km de Nantes. Mais les discussions n'aboutissent pas, les Rennais semblant sur ce point peu partageurs.

La condition des Rennais

L'affaire est cependant relancée lorsque que Charles Guernier, député de Saint-Malo devient ministre des PTT. Il trouve que les conditions d'émission de Radio-Rennes sont insuffisantes. La chambre de commerce de Rennes propose alors d'acquérir un terrain pour installer le nouveau site d'émission. Mais à une seule condition : que ce dernier se situe sur le territoire de l'Ille-et-Vilaine. On envisage alors de le placer dans la région de Chateaubriand à une trentaine de kilomètres de la capitale bretonne. Dans un délai d'un an pense-t-on à l'époque. Mais il faudra encore attendre cinq longues années pour que le rêve deviennent réalité car, comme nous le verrons plus loin, la question nataise étant réglée, un autre problème va se poser : comment couvrir toute la Bretagne.

La gestion du poste

Le poste PTT de Rennes fonctionne sur le même modèle que ceux de Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Lille. La gestion administrative et artistique est confiée à une association loi 1901. Elle vivra de subventions des collectivités et des cotisations de ses membres (15 francs) par an.
L'Association des amis de Radio Rennes est présidée par M. Le Friec, député des Côtes du Nord et par ailleur ancien inspecteur des PTT. Son vice-président est M. Landresse, un industriel président du Radio-Club rennais, le secrétaire est un journaliste, Charles Frédouet et le trésorier M. Lhotellier, inspecteur technique des PTT. Parmi les autres membres du comité, M. Dubreuil, directeur régional des PTT, M. Rialland, un pharmacien de Redon, le docteur Dupuis, dentiste à Rennes; M. Lanoé, agent mécanicien des PTT. Figurent ensuite au titre de fondateurs, les membres suivants : M. Chrétien, professeur honoraire de lycée à Saint-Brieuc, M. Houeix, professeur à Redon, M. Allauret, ancien négociant, M. Vallée, ancien industriel à Saint-Brieuc et M. Cosson, instituteur à Redon.

Silence le vendredi

Au début de 1930, les membres des l'association des Amis de Radio Rennes se plaignent que le poste ne soit pas en ondes le vendredi. L'administration des PTT qui s'occupe de la diffusion donne alors des explications qui ne manquent pas de sel. Tout d'abord, il n'y a pas assez de personnel (refrain connu !) et surtout cela permet aux Rennais de mieux capter les postes extérieurs ! Ah... l'administration des PTT...

La première femme radio-reporter

C"est le journal L"Intransigeant qui nous l'apprend. En 1931, le quotidien souligne que à Toulouse nous pouvions rencontrer récemment la première femme française radio-reporter de Rennes.

Le plus jeune parleur de France

Le même journal rapporte avoir rencontré le plus jeune parleur de France. C'est le fils du directeur de la station, M. Bergot qui avec l'ardeur de ses vingt ans s'est fait le chantre des exploits locaux.Le jeune animateur intervenait lors des évènements sportifs.

Une première au théâtre

C'est le 13 mars 1932 que le poste a retransmis pour la première fois un spectacle en direct du théâtre de Rennes. Il s'agissait de l'opérette Le Petit Poucet. Une diffusion qui s'est déroulée dans de bonnes conditions pour les auditeurs.